“The Power of Light ” Mirage III Pistil  "Transformers"  

“The Power of Light” - Mirage III

“Quand j’étais petit, je voulais être Général trois étoiles … entre autres. Des souvenirs d’une enfance passée à faire des maquettes d’avion au souvenir d’un puzzle Mirage réalisé en bois découpé en passant par des souvenirs de dessins d’enfants. The Power of Light, la force créatrice et libératrice de faire un objet, plutôt que d’en rêver. Mais aussi une collision entre mes rêves de gosse – un Mirage III – et la réalité d’un designer d’aujourd’hui, un combat perpétuel pour l’innovation. Cette pièce est aussi une bouffée d’air frais, une respiration nécessaire entre deux mouvements, entre deux projets et le développement d’autres projets pour les maisons d’éditions italiennes. Un combat pour la réalisation de la pièce, celle-ci ayant été « attaquée » deux semaines et demi avant le vernissage.
Enfin et surtout un hommage à la Lumière et à latechnologie au travers de la puissance des PowerLEDs.

Action – Réaction - Postcombustion”

Francis Chabloz, 2012

Pièces numérotées, datées et signées

“Little, I wanted to be among other things … a Three Star General. Childhood memories spent making model airplanes in memory of a Mirage puzzle made of cut wood, through to the memories of children’s drawings. The Power of Light: liberating the creative forces to make an object, rather than dreaming of it. Also a collision between my childhood dreams – a Mirage III – and the reality as a designer today, a perpetual struggle for innovation. This piece is a breath of fresh air, breathing space required between the development of two projects and other projects for Italian publishing houses. The making of the piece was a real challenge as it took two and a half weeks to achieve completion before the opening reception at Galerie d’(A).
Finally, and above all, a tribute to Light and Technology through the power of powerLEDs.

Action - Reaction - Postcombustion”

Francis Chabloz, 2012

Numbered , dated and signed

Photos © Fabrice Schneider / Emile Barret 2012